sport original
Move

Sport original : zooms sur 4 tendances farfelus

Si vous vous interrogiez sur les sports les plus saugrenus, alors, cet article est fait pour vous. Parfois reconnus dans le cadre de compétitions officielles, parfois non, ils n’en demeurent pas moins que ces disciplines sont toutes plus rigolotes et surprenantes les unes que les autres et que les découvrir vous fera passer un bon moment.

Le duel au sabre laser

Inspiré de la célèbre saga Star Wars où les Jedi et les Sith s’affrontent au sabre laser, le duel au sabre laser est désormais devenu un sport officiel puisque la fédération française d’escrime a reconnu ce sport et confère au sabre laser le même statut que l’épée, le fleuret et le sabre.

Il s’agit d’un combat ou les adversaires, en armure, s’affrontent à l’arme laser. Le sabre est éclairé par LED et certains modèles plus élaborés produisent des sons électroniques. L’aspect visuel et spectaculaire de ce sport est donc définitivement mis en avant par un vrai combat, sans mort, mais où les participants à l’esprit compétitif et combatif finissent néanmoins en sueur.

L’objectif est d’atteindre 15 points ou d’obtenir le meilleur score en 3 minutes. Les combattants s’affrontent dans un cercle délimité et peuvent marquer 5 points en portant des coups à la tête et au corps, 3 points pour les bras et les jambes et 1 point pour les mains. En cas d’égalité à 10 points, le premier qui frappe à la tête ou au corps l’emporte. Les coups, par ailleurs, ne sont comptabilisés que si les combattants, avant d’attaquer, pointent le bout de leur sabre derrière eux, et ce, afin de respecter les véritables duels de la guerre des étoiles.

Ainsi, le duel au sabre laser est une belle opportunité de regrouper autant les aficionados de la guerre des étoiles que ceux des sports de combat ou de la technologie moderne.

Le chess-boxing

Ce sport hybride entre boxe et échecs a été initialement imaginé par Enki Bilal en 1992, dans sa bande dessinée Froid Équateur. L’idée a été reprise en 2003 par Iepe Rubingh, un néerlandais qui a organisé le premier combat et créé la fédération internationale. Il existe désormais une dizaine de fédérations nationales avec près de 3500 joueurs, dont la fédération française fondée en novembre 2018.

Le concept de cette discipline est d’alterner des rounds d’échecs et de boxe anglaise.

Les joueurs s’affrontent au cours de trois rounds. Un round complet est constitué par 1 minute de boxe suivie par 5 minutes d’échecs puis de 4 minutes de repos. Le gagnant est celui qui mettra soit KO soit échec et mat son adversaire. Toutefois, si un participant met plus de 12 minutes pour déplacer une pièce de l’échiquier, il sera déclaré perdant.

Cette activité utilise autant le physique que le mental et démontre qu’il faut utiliser son cerveau et faire preuve de stratégie autant dans les deux disciplines. C’est ainsi une opportunité inattendue de regrouper les adeptes de boxe et d’échecs ensemble.

Le double dutch

Il s’agit à l’origine d’un jeu imaginé par des enfants hollandais immigrés à New York, repris et adapté de façon plus sportive dans le Bronx au cours des années 70.

Cette activité est régie par une fédération qui détermine les règles principales et regroupe de plus en plus d’adeptes dès l’âge de 6 ans et la France a même hébergé le championnat mondial en 2011.

Le concept est celui du jeu de la corde à sauter, mais en version plus sportive et davantage chorégraphiée, le sauteur (ou les deux) devant réaliser un maximum de sauts au travers deux cordes manipulées par des tourneurs.

Les règles du jeu sont assez simples : deux tourneurs manipulent deux cordes d’une longueur allant de 3,50 mètres à 4,10 mètres. Ils font tourner les cordes afin qu’elles forment des ellipses alternées. À l’intérieur, un ou deux sauteurs réalisent des sauts pendant 40 secondes. Trois épreuves doivent être réalisées dans le cadre des compétitions : les figures libres, les figures imposées et la vitesse.

Durant l’épreuve de figures libres, 3 figurent minimum doivent être réalisées et les tourneurs peuvent devenir sauteurs, tout en sachant qu’il faut, en réalité, réaliser un maximum de figures en 2 minutes. Ainsi, en compétition, la créativité, la performance et la vitesse seront appréciées.

Le gros avantage de cette discipline est qu’elle est très complète puisqu’elle permet d’allier diverses qualités telles que la synchronisation, l’endurance, la souplesse et l’esprit d’équipe.

L’ultimate tazer ball

Cette discipline a été créée par trois Américains et amis d’enfance en 2012 : Leif Kellenberger, Erik Wunsch et Éric Prumm, ayant pour volonté initiale de « créer un sport plus fascinant » que ceux existants.

Cette activité, trop brutale, n’est bien sûr pas encadrée par une fédération ni n’est admise en compétition officielle et n’est même plus considérée comme sport légitime depuis 2015. On peut néanmoins suivre les rares matchs en retransmission sur utblive.

Il s’agit d’un sport d’équipe où l’objectif est de récupérer une balle des bras de son adversaire. La particularité est que le jeu se pratique avec un taser. Les règles du jeu sont strictes et encadrées afin de limiter les accidents. Il se pratique sur un terrain de 25x15m avec deux équipes de 4 joueurs et un gros ballon de football. Un match dure 3 fois 7 minutes. Les participants doivent marquer des buts en se faisant des passes à la main.

Les défenseurs peuvent soit plaquer, soit tasser les attaquants, mais uniquement dans les surfaces de réparation. Le gardien défend ses filets avec un taser également. Quant au taser, les décharges n’excèdent pas 5 milliampères. Durant le match, on peut taser autant qu’on le souhaite sans jamais viser le cou ou l’entrejambe. Les joueurs reçoivent ainsi une quarantaine de décharges au cours de matchs donc cette discipline entre indubitablement dans la catégorie des sports violents.

Les atouts de ce jeu sont qu’il est, d’une part, très original, car il s’agit d’un alliage de foot, de handball et de rugby et, d’autre part, que la taille et la force n’ont plus leur première place sur le podium puisque, grâce au taser, un petit joueur peut mettre au tapis un bien plus fort.

Commentaires fermés sur Sport original : zooms sur 4 tendances farfelus